Foire aux questions
(ACÉPO – AFOCSC)

La Foire aux questions a pour objet d’encourager les parents à inscrire leurs enfants dans les écoles de langue française et de les encourager à s’engager et à s’impliquer non seulement dans l’éducation de leur enfant (leurs enfants) mais de tous les élèves via le conseil d’école, les activités parascolaires et le conseil scolaire.

C'est pas l'école qui décide de tout ?

Pas vraiment. C’est vrai qu’en d’autres temps et dans certains pays, ce sont les enseignants qui décidaient de tout concernant l’éducation de votre enfant. Au Canada, c’est différent. Le parent a le privilège d’être un acteur actif dans l’éducation de son enfant (considéré comme étant au centre de  tout). Mais, pour faciliter sa réussite, il a besoin que l’école, ses parents, les organismes communautaires … travaillent tous en partenariat. Dans le système scolaire franco-ontarien, les parents ont un rôle capital dans la vie scolaire de leurs enfants. Leurs avis sont importants pour les décisions concernant la discipline, le fonctionnement de l’école et les travaux scolaires (en fonction des intérêts, des forces et des difficultés de  l’enfant).

Pourquoi a-t-on besoin de moi ?

D’abord pour suivre le travail de votre enfant et l’aider à s’améliorer. Ensuite, pour donner le maximum d’informations à l’école concernant les intérêts, les forces et les difficultés de votre enfant. Ces données aident les enseignants, la direction d’école et d’autres spécialistes à bien encadrer votre enfant. De plus, vous pouvez offrir aux autres élèves, aux autres parents ou même aux enseignants la richesse de votre culture et de vos connaissances. Certains parents surveillent les élèves (souvent contre paiement) lors du dîner ou dans la cour de récréation. D’autres aident directement les enseignants (en faisant la lecture aux élèves, en les accompagnant lors des sorties scolaires, en présentant leur pays d’origine).

C'est quoi ce comité de parents ou conseil d’école ?

Le conseil d’école est ce qu’on appelle l’association des parents ou le comité de parents dans certains pays. Ici, il est très important de s’y  impliquer. C’est au sein de ce conseil que les grandes décisions concernant la vie de l’école se prennent.

C’est un organe consultatif constitué majoritairement de parents de l’école (comme vous-mêmes) et dont le mandat est d’aider à l’amélioration du milieu scolaire de votre enfant. Les parents présents élisent un bureau qui va les représenter pendant l’année scolaire. Les parents font des recommandations à la direction d’école et au conseil scolaire. Le conseil d’école organise aussi des activités touchant au bien-être des élèves.

Exemple d’information pour la participation des parents :

a. Qu'est-ce que je dois faire ou quel est mon rôle ?

D’abord de conseiller la direction d’école sur tout ce qui concerne le bien-être des élèves de l’école. Il vous faudra aussi participer aux réunions (mensuelles) de ce conseil d’école (comité de parents). Vous pouvez participer comme membre simple et si vous le souhaitez, vous pouvez proposer votre candidature pour être dans l’équipe dirigeante pendant l’année scolaire.  Les parents au conseil d’école peuvent coordonner de beaux petits projets pour l’école (organisation d’une foire multiculturelle, arrosage du jardin communautaire, levée de fonds, organisation d’une mini-foire du livre).

b. Suis-je assez compétent pour le faire ?

Bien entendu. Tout parent (père,  mère, tuteur) d’un enfant inscrit à l’école peut faire partie du conseil d’école. On est toujours le plus compétent quand il s’agit de nos propres enfants. Vous avez la compétence minimale exigée : c’est celle d’être un parent. En plus, votre parcours de vie sera un vrai enrichissement pour les autres parents et pour l’école toute entière.

c. Est-ce que j'ai le droit de parler et de donner mon avis ?

Chaque parent qui le souhaite partagera son opinion, qui en général est très bien reçue. M. Omar avait par exemple proposé qu’une fête multiculturelle soit organisée chaque année dans l’école de ses enfants. Par contre, Mme Makoto (dans l’école de ses enfants) avait soumis une idée fort applaudie qu’un club de devoirs soit instauré dans l’école après les heures de classes pour aider les élèves ayant des difficultés en mathématiques. Toutes les idées pour faire avancer l’école et le bien-être des enfants sont donc les bienvenues.

d. Est-ce que je ne vais pas dire n'importe quoi ?

Personne n’est parfaite et justement, les réunions des parents permettent d’avoir une multitude d’idées et de points de vue sur plusieurs dossiers différents. Généralement, avant les réunions, les parents reçoivent des documents qui leur expliquent ce qui sera discuté. N’hésitez pas à parler de vos satisfactions ou de vos inquiétudes. Tout parent peut donc avoir son mot à dire. Plus on participe à ce genre de structure et plus vite on devient une sorte d’expert.

e. Est-ce que je vais être bien reçu par les autres parents ?

N’oublions pas que dans nos écoles, les origines culturelles des élèves et donc des parents sont nombreuses et diverses. L’accueil peut par conséquent être différent de celui de votre pays d’origine, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne veulent pas de vous. Certains parents feront le premier pas vers vous. D’autres attendront de mieux vous connaître, mais tous seront ravis de votre présence. Vous êtes liés par un besoin commun : travailler à l’épanouissement de vos enfants respectifs dans la même école.

On ne parle ni français, ni anglais, pourquoi choisir l'école de langue française ?

Pour permettre à vos enfants d’être bilingues et d’avoir un meilleur avenir. Les élèves des écoles françaises ont la chance de bien maitriser le français et en même temps d’être à un niveau comparable de maitrise de l’anglais.

L’acquisition du français est une denrée rare en Amérique du nord, alors que l’anglais s’apprend presque par contagion. Le Canada est un pays qui a deux langues officielles et offre par conséquent plus d’opportunités de formation et de carrière aux personnes bilingues qu’aux personnes unilingues. Les écoles françaises offrent un très gros avantage : elles forment les enfants en français tout en s’assurant qu’ils apprennent aussi l’anglais. Votre enfant aura plus de chance d’entreprendre de bonnes formations et de décrocher un emploi comparativement meilleur que celui d’une personne unilingue. Il est sage et efficace d’offrir pour toujours à votre enfant ce privilège de la maitrise du français.

Dans les systèmes anglais, il n'y a pas de comité d'admission. Pourquoi faut-il un comité d’admission pour inscrire nos enfants dans les écoles de langue française et pas en anglais ?

Le comité d’admission fait partie du processus administratif normal. Il ne s’agit pas d’une mesure discriminatoire, mais plutôt un bon moyen pour garantir que l’école francophone, denrée rare en Amérique du nord, est offerte prioritairement aux familles répondant aux critères de la loi (comme vous probablement). Le comité d’admission permet de comprendre le cheminement de votre enfant, ses acquis scolaires, ses besoins et les services qui seront mis à sa disposition le cas échéant.

Est-ce que l'école publique est moins bonne que l'école privée comme dans nos pays d'origine ?

Pas forcément. Les écoles publiques sont gratuites et financées par le gouvernement, gérées par des citoyens élus (comme vous) et évaluées régulièrement (sur le plan régional, provincial, national et international). Ici, les enseignants sont très qualifiés, la technologie est à la pointe et le curriculum est actualisé pour intégrer les évolutions du monde moderne. D’ailleurs, les écoles obtiennent de très hauts résultats, ont un taux de diplomation élevé, et dépassent les normes provinciales en écriture, en lecture, en sciences et en mathématiques.

Pourquoi en Ontario y a-t-il deux systèmes provinciaux de langue française? Qu'est-ce qui est commun ? Qu'est-ce qui est différent ?

Selon l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques, le curriculum dans les deux systèmes est essentiellement le même.  La différence est que dans les écoles catholiques de langue française, les valeurs chrétiennes de l’Église catholique romaine  sont enseignées et font parties du curriculum.  Le cheminement spirituel des élèves est un partenariat entre le foyer, l’école et l’église.

Selon l'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario, pour ce qui est du curriculum, on y enseigne des cours sur les diverses religions mondiales mais  aucune pratique religieuse ne fait partie du curriculum. Les valeurs morales et civiques, intégrés à divers programmes-cadres de l’Ontario, y sont enseignées, tout comme dans le système catholique.

Nous parlons déjà bien le français à la maison. Alors pourquoi ne pas inscrire nos enfants dans les écoles de langue anglaise pour qu'ils apprennent l'anglais comme langue seconde?

Les écoles de langue française développent chez l’enfant la maîtrise du français et de l’anglais, alors que l’inverse n’est pas vérifié. Même par la vie quotidienne, vos enfants apprendront l’anglais.

D’ailleurs, à partir de la 4e année, les élèves des écoles françaises suivent des cours d’anglais et ont un niveau d’anglais équivalent en 12e année à celui d’élèves ayant fréquenté dans les écoles anglophones.

Depuis quelques années, les élèves inscrits dans des écoles de langue française performent mieux en lecture, en écriture et en mathématiques aux tests provinciaux que les élèves des écoles des conseils de langue anglaise.

En plus de bonnes perspectives d’éducation et d’emploi dues au bilinguisme, votre enfant sera exposé à une pédagogie culturelle mettant en valeur la francophonie plurielle de l’Ontario. La langue française est certes un moyen d’apprentissage et de communication, mais aussi le vecteur de la transmission de votre fierté, de vos valeurs et de votre identité culturelle.

J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de processus et de procédures ici. Avez-vous un organigramme général pour présenter les liens et rôles entre les parents, les écoles et les conseils scolaires ? (Personnes et groupes)

C’est vrai qu’il y’a beaucoup d’ordre et de sérieux ici. C’est bien ainsi et cela facilite le travail de chacun (parent compris).

Désignation Rôle / tâches Interlocuteurs
Parent individuel
Naturel, par adoption ou par
décision d’une cour de justice
  • Aider son enfant avec ses travaux
  • Correspondre avec l’école
  • Si possible participer aux activités de la classe ou de l’école
  • Enfant
  • Enseignant(e)
  • Direction d’école
  • Parents du conseil d’école
Conseil d’école
Les parents volontaires de l’école
  • Faire des suggestions à la direction d’école
  • Organiser des activités ludiques pour l’école
  • Organiser des activités de levée de fonds pour la classe ou pour l’école.
  • Parents individuellement
  • Directions d’école
  • Enseignants de l’école
Conseil scolaire
Les parents volontaires élus
par la population lors
d’élections scolaires
  • Négocier le financement avec le Ministère de l’éducation de l’Ontario
  • Superviser la gestion des écoles
  • Les écoles du conseil
  • Ministère de l’éducation
  • Les conseils d’école.
  • Les syndicats enseignants

Comment est-ce que les écoles veillent à la sécurité, à l'équité et à l'inclusion des nouveaux élèves ?

Notre système scolaire est sain et sécuritaire et l’Ontario a mis en place des mécanismes pour permettre à ses élèves d’être épanouis à l’école :

  • Au niveau du comportement : l’Ontario a mis en place un code de vie provincial pour promouvoir le respect et le bien-être des élèves. Les écoles l’adaptent et  appliquent soit le SCP (soutien au comportement positif), soit le concept de discipline progressive.
  • Au niveau de la sécurité : nos écoles sont constamment rénovées et des mesures d’intervention rapides sont déployées s’il y’a un moindre risque d’agression (dans l’école ou hors de l’école).
  • Au niveau de l’équité : le ministère de l’éducation a mis en place une stratégie ontarienne d’équité et d’éducation inclusive pour lutter contre l’intimidation, le racisme, l’homophobie…etc. (www.edu.gov.on.ca/fre/teachers/safeschools.html)
  • Au niveau de l’inclusion : le PANA (programme d’appui des nouveaux arrivants) vise l’admission, l’accueil et l’accompagnement des élèves issus de l’immigration, afin de faciliter leur intégration au Canada (www.edu.gov.on.ca/fre/teacher/PANAchart.pdf)

La sécurité, l’équité et l’inclusion sont incorporées dans les règles de vie de l’école et mises en œuvre par tous les acteurs (personnel enseignant, élèves, parents, communauté).

Que fait le conseil scolaire élu ?

Le conseil scolaire est une assemblée d’électeurs responsable de la réussite des élèves et de la gestion scolaire. Ces parents sont tous élus et représentent en quelque sorte l’œil du public sur le fonctionnement des écoles. Le conseil scolaire est divisé en comités et ses séances sont publiques. Le mandat du conseil scolaire est de faire une utilisation optimale des ressources du public pour permettre aux écoles d’être viables et efficaces afin que les élèves soient épanouis et atteignent leur plein potentiel.

Que fait chaque membre du conseil scolaire (conseillères et conseillers scolaires) ?

Chaque conseillère/conseiller scolaire est d’abord responsable de la bonne marche du conseil scolaire sur tout le territoire de celui-ci. Il présente les intérêts des écoles et des communautés à la table du conseil scolaire. Elle/il peut s’impliquer dans un ou plusieurs comités (enfance en difficulté; comité de vérification; comité d’appel sur les suspensions ou les renvois d’élèves) pour y donner ses avis. La conseillère ou le conseiller scolaire est aussi un lien entre vous et le conseil scolaire.

Qu'est-ce qu'il faut faire pour inscrire son enfant dans une école de langue française ?

Il est possible d’inscrire votre enfant en tout temps de l’année. Pendant l’été, il vaut mieux communiquer avec le conseil scolaire directement, puisque les écoles sont fermées. Habituellement, l’école de langue française de votre secteur d’habitation vous donnera un rendez-vous pour évaluer les aptitudes langagières de votre enfant.

En plus de remplir un formulaire d’inscription, vous devrez fournir les documents suivants : certificat de naissance de l’enfant, le dossier scolaire de l’enfant, son carnet d’immunisation, une preuve de votre statut légal au Canada (avec preuve de résidence) et si nécessaire une ordonnance de jugement relative à la garde. Un certificat de baptême pourrait aussi être exigé pour l’inscription dans une école catholique. Un comité d’admission se tient assez vite et produit une décision (acceptation d’inscription ou refus) dans l’intérêt de toutes les parties concernées.

L’élève majeur (19 ans) pourrait lui-même présenter sa demande.